Que se passe-t-il en Iran?

Dernière mise à jour : 15 nov.

Kimiya Zarrinamizimiandehi


1 novembre 2022


L’histoire tragique de Mahsa Amini


Le 13 septembre 2022, une Iranienne de 22 ans nommée Mahsa « Zhina » Amini se rend pour la première fois au Téhéran de sa ville natale Saqqez au Kurdistan pour visiter son oncle. Le 16 septembre 2022, elle se fait arrêter par la police de la moralité « pour ne pas avoir porté le hijab correctement » d'après les lois du gouvernement Iranien, même si celle-ci le portait par obligation.

Elle est ensuite envoyée à l’Hôpital de Kasra dans la capitale et a été placé dans un coma, mais malheureusement moins de trois jours après, Mahsa est morte dans des circonstances suspectes.


La version officielle de l’État Iranien est qu’elle a eu une crise cardiaque et elle est tombée dans un coma, toutefois, des témoins et le personnel de l’hôpital ont affirmé que la jeune fille avait été battue et était dans le coma dès son arrivée à l’hôpital. Cet événement a été l’étincelle qui a fait exploser des tensions qui sévissent au pays depuis des années.



Les manifestations en Iran


Le décès de Mahsa causé par la police de la moralité a rendu en colère plusieurs Iraniens, surtout les femmes en Iran. Pour défendre leurs droits, le peuple d’Iran commence à faire des manifestations depuis le 16 septembre 2022 non seulement pour la mort d’Amini et contre le hijab obligatoire pour les Iraniennes, mais également pour la liberté, pour les droits de l’Homme qui n’existent pas depuis presque quarante-trois ans, plus précisément après la Révolution Islamique Iranienne. La répression de l’État a été immédiate : la République Islamique a commencé à couper l’Internet pour que personne ne puisse partager des nouvelles et des images sur les réseaux sociaux. Durant les manifestations, les Iraniens, surtout les femmes, risquent leur vie en exprimant leur colère. Par exemple, les femmes courageuses enlèvent leurs voiles et après les mettent en feu comme un signe de rébellion.


Toutefois, même si les protestes par la population se font de façon pacifique, les autorités répondent avec de la violence, en tirant des coups de feu sur les foules, en les torturant, les tuant et violant les femmes dans les rues et les stations de police dans toutes les villes du pays. Selon Iran International, en date du 13 octobre, plus de 224 iraniens ont été tués dans les manifestations. 24 enfants sont morts, incluant vingt garçons âgés entre 11 et 17 ans, et trois filles, dont deux d’entre elles n’avaient que 16 ans et 17 ans.





Les actes de répression de la part du gouvernement continuent de se multiplier, incluant la nuit du 15 octobre 2022, une série d’incidents violents, incluant un feu, des tirs de feu et des explosions ont commencé dans la prison d’Evin au Téhéran, qui a continué jusqu’au matin du 16 octobre. Presque onze prisonniers ont été tués et les autres ont été sévèrement blessés. Les chiffres continuent d’augmenter à mesure que les manifestants intensifient leur résistance contre les autorités et la situation devient de plus en plus tendue au pays.



La réaction internationale


Pour montrer leur appui à la population en Iran durant ce temps difficile de se battre pour leur liberté et leurs droits, des manifestations ont eu lieu partout dans les quatre coins du monde par des Iraniens, surtout dans les villes européennes et celles d’Amérique du Nord. Il y avait des jours où toutes ces villes ont décidé de protester ensemble dans la même journée pour s’assurer de faire entendre leur voix et comme un signe de rébellion, plusieurs femmes coupent non seulement leurs cheveux, mais chantent également plusieurs slogans comme « Zan. Zendigi. Azadi » qui veut dire en persan « Femme. Vie. Liberté. ».


Plusieurs célébrités et des artistes connus ont fait tout dans leur pouvoir pour supporter le peuple d’Iran. Par exemple, Nazanin Nour, une actrice et comédienne iranienne née aux États-Unis a été une personne qui a essayé de faire entendre la voix des manifestants sur plusieurs chaînes de télévision. Le 29 septembre 2022, un chanteur iranien nommé Shervin Hajipour s’est fait arrêter par la police en Iran, après avoir composé une chanson nommée « Baraye », qui veut dire en persan « À cause de… », montrant la réalité du pays sous depuis 43 ans. Cette chanson devient l'hymne de cette révolution pour la liberté et est nominée par Grammy Awards pour la meilleure chanson pour un changement social.





Finalement, c'est important de supporter les Iraniens dans leur révolution pour regagner les libertés perdues en les encourageant dans les réseaux sociaux et même en participant à des manifestations locales. Par exemple, au centre-ville de Montréal, presque toutes les fins de semaine, il y a des manifestations. Aussi, c’est nécessaire de les supporter parce qu'un changement ailleurs dans le monde peut avoir des bons impacts pour la population mondiale en montrant un exemple des droits et libertés des personnes. Aussi, ces manifestations ne sont non seulement pour les femmes, mais également pour l’espoir de regagner la paix et la démocratie en Iran.



15 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout